Langues : English français
Accueil > Manifestations > Thèses et HDR > HDR > HDR Emmanuel Morin

HDR Emmanuel Morin

Résumé

Les travaux présentés dans le cadre de cette Habilitation à Diriger des Recherches, qui se situent au carrefour de l’informatique et de la linguistique, s’intéressent au traitement de l’écrit. Ils s’articulent autour de deux axes de recherche, celui de la fouille terminologique multilingue et celui de la reconnaissance de l’écriture manuscrite en ligne.

Dans un premier temps, notre étude est consacrée à la fouille terminologique multilingue. Nous commençons par rappeler les fondements théoriques en acquisition lexicale multilingue, qui s’inscrivent dans l’héritage de la sémantique distributionnelle de Harris. Nous présentons ensuite les travaux réalisés en acquisition de lexiques bilingues à partir de corpus comparables. Nous décrivons notamment la méthode par similarité interlangue proposée pour l’alignement de termes complexes et la plate-forme informatique associée. À la lumière des nombreux résultats que nous avons engrangés dans ce champ de recherche, nous précisons les apports et limites des différentes approches utilisées.

Dans un deuxième temps, nous présentons les différentes facettes de la reconnaissance de l’écriture manuscrite en ligne auxquelles nous nous sommes intéressés et les modèles développés. Ces travaux, qui se situent au niveau de la modélisation du langage naturel, visent à concevoir des modèles de langage adaptés à la reconnaissance de documents dénotant un « écrit standard » (où un stylo numérique vient remplacer la saisie sur un clavier numérique) ou un « écrit déviant » (où un stylo numérique s’offre comme une nouvelle alternative pour l’écriture de SMS). Nous présentons les modèles développés et les résultats obtenus. Nous revenons aussi sur l’importance et la difficulté de concevoir des ressources adaptées à la prise en compte de ces différents écrits.

Dans un dernier temps, qui constitue le trait d’union entre nos deux axes de recherche, nous indiquons la synergie possible entre les approches et ressources déployées. En particulier, nous montrons que les méthodes probabilistes ne sont plus une alternative aux systèmes à base de règles, mais bien complémentaires et que les ressources exploitées doivent être adaptées à la tâche visée.

Dernière modification : mardi 31 mars 2009